Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 07:43

Méthode d’oraison d’Alphonse-Marie de Liguori

 

Premier temps

Saint Alphonse indique que pour bien prier, le silence extérieur ne suffit pas : il y faut joindre le silence intérieur qui n’est rien d’autre que la mise de côté des préoccupations ordinaires.

La préparation à l’oraison comporte trois moments :

1)      Un acte de foi en présence de Dieu. Le souvenir vif de la présence de Dieu nous délivre des distractions. Elle fait le fond de l’oraison puisque celle-ci est une conversation avec Dieu et mène à l’adoration.

2)      Un acte d’humilité qui amène à se reconnaître pécheur et à se repentir.

3)      On ajoute une invocation (Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit…), un Je vous salue à la Vierge, une prière à saint Joseph, à l’ange gardien, au saint patron, à un saint de notre choix…

 

Deuxième temps

La méditation. Nous pouvons nous servir d’un texte de la Bible ou d’un autre livre. Nous réfléchissons à partir de ce texte. Nous revenons sur ces réflexions, lentement, pour avoir le temps de nous en pénétrer. Nous nous laissons marquer intérieurement dans la foi.

 

Troisième temps

Saint Alphonse conseille. « Après donc que vous avez réfléchi sur le sujet proposé et dès que vous vous sentez sous l’impression de la grâce, élevez votre cœur vers Dieu et offrez à ce Dieu de bons actes : actes d’humilité, ou de confiance, ou de reconnaissance ; mais par-dessus tout, multipliez dans l’oraison les actes de contritions et d’amour. »

 

Quatrième temps

La prière de demande. Dans l’oraison, il est d’une utilité souveraine, peut-être est-ce même la chose la plus utile, de multiplier les demandes, de demander à Dieu, avec humilité et confiance, ses grâces, c’est-à-dire sa lumière, la résignation, la persévérance et autres faveurs semblables, mais par-dessus tout, le don de son saint amour.

 

Cinquième temps

Les résolutions. A la fin de l’oraison, nous devons prendre une résolution pratique et précise qui vise à notre conversion sur un point particulièrement faible et donc à notre sanctification. Nous devons garder cette résolution durant un certain temps jusqu’à avoir fait des progrès significatifs.

 

 

Conclusion.

 A la fin de l’oraison, nous remercions Dieu pour les lumières que nous y avons reçues. Nous prenons l’engagement d’observer les résolutions que nous avons prises. Nous demandons au Seigneur, par les mérites du Christ et de sa Mère, de nous aider à Lui être fidèles. Nous recommandons au Seigneur les défunts, les pécheurs, les pasteurs et les responsables de l’Eglise, nos amis, notre conjoint… Il n’est meilleur signe de notre amour pour Jésus-Christ que ce zèle pour le bien de nos frères.

On termine par un Notre Père et un Je vous salue.

 

Après l’oraison, saint Alphonse conseille de recueillir un bouquet spirituel.  « Voici ce que je veux dire. Ceux qui se sont promenés en un beau jardin n’en sortent pas volontiers sans prendre en leur main quatre ou cinq fleurs pour les odorer et tenir le long de la journée ; ainsi notre esprit ayant discouru sur quelque mystère par la médiation, nous devons choisir un ou deux ou trois points que nous aurons trouvés plus à notre goût et plus propres à notre avancement, pour nous en ressouvenir le reste de la journée et les odorer spirituellement.

 

                                                                                                    Père Philippe Beita

                                                                                Conseiller spirituel de l’Equipe Responsable

                                                                                             France-Luxembourg-Suisse

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires