Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 09:33

 

 

Le jeûne eucharistique          

            Les plus anciens se rappellent que, avant le concile Vatican II, il fallait être à jeun, c'est-à-dire ne pas avoir manger depuis minuit pour communier le matin. Depuis lors les conditions ont été assouplies :

            - Pour les aliments et les boissons ordinaires, il faut s'abstenir de manger ou de boire pendant l'heure qui précède la communion, sauf l'eau et les médicaments qui ne rompent pas le jeûne.

            - Pour l'alcool, il faut ne pas en boire pendant les 3 heures qui précèdent.

            Il est conseillé de profiter de ce jeûne pour se préparer spirituellement à participer au sacrifice de la messe.

 

Qu'est-ce que l'hostie ?  

            L'hostie consacrée est le corps du Christ ressuscité, c'est notre foi catholique. Un immense respect pour elle est donc indispensable. Ce n'est plus un simple morceau de pain que nous recevons.

            Le Christ lui-même a célébré la première eucharistie : le jour du Jeudi Saint.

            Il a ordonné à ses apôtres de faire cela en mémoire de lui, jusqu'à ce qu'il revienne. Le prêtre qui célèbre la messe et consacre le pain et le vin agit selon l'ordre du Christ. Il agit pendant la célébration "in persona Christi" en la personne du Christ, il est un autre Christ. Le Christ ressuscité est présent mystérieusement pendant la messe, nous ne le voyons pas mais il est présent. Le prêtre agit comme ministre du sacrement, il est indispensable, son ordination est indispensable.

 

Comment bien communier ?  

            Il convient de se préparer à recevoir le corps du Chris, à se préparer spirituellement. La prière pénitentielle du début de la messe n'est pas superflue. Elle nous permet de demander pardon des péchés véniels que nous avons commis et de purifier notre coeur. Puisque nous recevons un personnage si grand, le Fils de Dieu, nous faisons le ménage de notre coeur si nous avons au préalable demandé pardon à Dieu et  reçu l'absolution du prêtre.

            Pratiquement, il y a deux façons principales pour communier :

       1) La tradition déjà ancienne de l'Eglise veut que l'hostie soit déposée par le prêtre sur la langue que le fidèle tire légèrement, cette façon de faire peut s'accomplir debout ou à genoux.

       2) Plus actuellement, la communion dans la main est devenue fréquente. Pour cela les fidèles se présentent devant le célébrant les mains disposées l'une sur l'autre comme pour faire un trône à cette hostie qu'il reçoit. Le prêtre dépose l'hostie consacrée dans la main du fidèle. Aussitôt le fidèle prend l'hostie avec sa main droite et il la met dans sa bouche et la consomme sur place. Personne ne doit revenir à sa place avec une hostie dans la main. Pendant la procession de communion, chacun se recueille et se concentre sur l'action importante à laquelle il participe.

       3) Le prêtre nous présente l'hostie et prononce les paroles suivantes : "LE CORPS DU CHRIST" et nous répondons "AMEN". Cela signifie que nous avons bien conscience que c'est le corps du Christ que nous accueillons dans le foi.

            De retour à notre place, nous pouvons nous recueillir quelques instants et dialoguer avec le Christ présent en nous. C'est le moment de le remercier des grâces reçues, lui dire que nous l'aimons, de se confier à lui, de le prier à toutes nos intentions particulières.

                                                                             Père Philippe Gros

 

Que cela signifie-t-il

quand nous mettons l'hostie dans notre corps ?

Une célèbre histoire de saint Philippe Néri, tirée de sa vie, nous aide à répondre à cette question. 

       Un jour, alors que saint Philippe Néri célébrait la messe, un homme reçut la sainte Communion et quitta l'église. L'homme avait manifestement peu de considération pour la présence réelle qui l'habitait à ce moment-là. Saint Philippe décida de profiter de cette occasion pour délivrer un enseignement. Il envoya deux servants d'autel à la poursuite de l'homme, munis de leurs cierges allumés. Après quelques minutes de marche dans les rues de Rome, l'homme se retourna et vit que les servants d'autel le suivaient. Décontenancé, il retourna à l'église et demanda à Philippe Néri ce que cela signifiait. Celui-ci lui répondit : "Nous nous devons d'honorer et de respecter le Seigneur que vous emportez avec vous. Comme vous aviez négligé de L'adorer, j'ai envoyé deux acolytes le faire à votre place." L'homme fut très surpris par cette réponse et résolut, dès lors, de mieux tenir compte de la présence réelle.

 

Pendant combien de temps

Jésus est-il réellement présent dans notre corps ?

15 minutes ?

       On considère généralement que l'Eucharistie sous la forme du pain demeure dans le corps pendant une quinzaine de minutes après l'absorption. Ceci repose sur des données biologique et va dans le sens de ce que dit le catéchisme sur la présence réelle qui "dure aussi longtemps que les espèces eucharistiques subsistent."

       Dans notre monde effréné, il est souvent difficile de ne pas partir tout de suite après la fin de la messe ou même après la communion. Mais nous pouvons au moins offrir une courte priére de remerciement au Seigneur! L'important est que nous nous rappelions que la présence de Jésus dans l'Eucharistie nous habite pendant plusieurs minutes et nous offre un moment de communion avec le Seigneur pendant lequel nous pouvons ressentir son amour à l'intérieur de nous.
 

       Si un jour vous oubliez cela, ne soyez pas surpris si votre curé vous fait raccompagner à votre voiture par des servants d'autel, en cas de départ précoce de la messe!!!

Aleteia Fr

Philip Kosloski 28 mai 2017

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse Saint Pierre en Pays d'Auge - dans Les Sacrements
commenter cet article

commentaires